Introduction
 Téléchargement
 Liste abrégée
 Recherche de définition

Introduction

Vous trouverez ici un dictionnaire des termes couraments utilisés en combustion, pour chaque définition, un certain nombre de renseignements tels que les traductions en anglais et en allemand, l'origine du mot, etc on été ajoutées. Dans de nombreux cas, des liens vers d'autres définitions ainsi que des liens vers des adresses internet contenant des documentations plus complètes permettent d'approfondir le sujet.

Il est possible d'apporter des modifications à ce dictionnaire en complétant une définition, ou en ajoutant de nouveaux termes.

Ajout d'une nouvelle définition:

Il faut bien sûr que cette nouvelle définition soit directement liée à la combustion ! La syntaxe d'un fichier de définition est très simple. La seule difficulté est que pour obtenir des équations mathématiques ayant un aspect correct quelque soit le format de sortie, elles sont codées en latex. Si vous ne connaissez pas ce format, écrivez les équations avec n'importe quel éditeur et nous nous chargerons de les convertir. Un fichier exemple contenant la structure de donnée peut être téléchargé.

Modification d'une définition existante:

Le meilleur moyen pour cela est de télécharger la définition existante pour y apporter des modifications ou des compléments. Cela se fait très simplement en affichant la définition de ce mot, et en cliquant sur le bouton "télécharger la définition". Vous obtiendrez un fichier texte que vous pouvez modifier et nous renvoyer. Si la modification est minime (ajout d'un lien internet par exemple), il est bien sûr possible et plus rapide de l'envoyer par mail au responsable du site.


Téléchargement

Vous pouvez télécharger le glossaire complet au format postscript ou PDF:

fichier au format Postscript (1069 ko)

fichier au format PDF (763 ko)


Liste abrégée


PROPULSION Terme équivalent:
Anglais: Allemand:
Ethymologie: du latin propellere : pousser devant soi
Champ d'application:
Voir: Autopropulsion propergol
Liens:
Action de pousser en avant un mobile. Production de forces assurant le déplacement d'un mobile. Au sens plus restreint, s'applique au déplacement dans l'atmosphère et dans l'espace d'aéronefs et fusées par réaction. Conformément au principe de la conservation de la quantité de mouvement, la propulsion de ces véhicules est réalisée par l'éjection à grande vitesse à l'arrière du véhicule d'une masse de matière. La masse éjectée par seconde et la vitesse d'éjection déterminent la force imprimée au véhicule, appelée poussée.
On peut a priori (compte tenu de nos connaissances actuelles) envisager quatre moyens d'éjection. La plus connue est celle qui est utilisée tant pour les avions à réaction que pour les fusées. C'est la propulsion chimique, où une réaction chimique (combustion d'hydrocarbures, réaction de propergols) permet d'éjecter des masses importantes à vitesse élevée (de l'ordre de 3 à 5 km/s). La propulsion électrique ou ionique consiste à charger des particules et à les accélérer par des dispositifs électrostatiques divers avant leur éjection à des vitesses qui peuvent atteindre 10 fois celles des propulseurs chimiques. Par contre la masse éjectée est très faible, et globalement les poussées que l'on peut espérer restent minimes. Si la propulsion électrique ou ionique ne peut être utilisée pour faire décoller des fusées, elle est envisagée comme moyen de correction de trajectoires dans l'espace. La propulsion nucléaire consiste à éjecter à grande vitesse un courant d'atomes H portés à haute température dans une pile atomique embarquée à bord de l'engin. Des vitesses d'éjection de l'ordre de 10 km/s sont possibles. L'avantage de la propulsion nucléaire est la longue durée de vie de la pile atomique. Mais les impératifs de sécurité et les difficultés technologiques qu'ils entraînent ont limité les études à des essais au sol. Enfin la propulsion photonique consiste à réfléchir les photons solaires arrivant sur le véhicule spatial au moyen d'un miroir fixé sur lui. La vitesse d'éjection est évidemment très séduisante : c'est la vitesse de la lumière (300 000 km/s). Mais la masse éjectée est très faible, ne conduisant qu'à quelques dizaines de mg de poussée par cm2 de miroir... Ce mode de propulsion n'a pas dépassé le stade du projet futuriste.

Unité:
Fichier contenant la définition: glossaire/tex-html/P/h58/PROPULSION.txt


PAHPAROIPARTICULE
PAUVREPECLETPENINSULE
PERIODE D'INDUCTIONPERTES CALORIFIQUESPHLOGISTIQUE
PHOSPHORESCENCEPHOTOCHIMIEPHOTOLUMINESCENCE
PIC ZNDPLAN LASERPLOMB TETRAETHYLE
POINT D'ECLAIRPOINT DE FEUPOLLUANT
POSTCOMBUSTIONPOTENTIEL CALORIFIQUEPOTENTIEL CHIMIQUE
POUDREPOUDRE EXTINCTRICEPOUSSEE
POUSSIEREPOUVOIR CALORIFIQUEUnités
POUVOIR CALORIFIQUE INFERIEURPOUVOIR CALORIFIQUE SUPERIEURPOUVOIR COMBURIVORE
POUVOIR FUMIGENEPRANDTLPRECURSEUR DE SUIE
PRELEVEMENTPREMELANGEPREMIER ORDRE
PRESSIONPRINCIPE DES CONCENTRATIONS PARTIELLES STATIONNAIRESPRODUIT
PRODUIT FINALPRODUIT INTERMEDIAIREPRODUITS DE COMBUSTION
PROFILSPROMOTEURPROMPT NO
PROPAGATIONPROPAGATION DE FLAMMEPROPAGATION DE LA DETONATION
PROPERGOLPROPERGOL COMPOSITEPROPERGOL DOUBLE BASE
PROPERGOL HOMOGENEPROPERGOL HYBRIDEPROPERGOL LIQUIDE
PROPERGOL MULTIBASEPROPERGOL SOLIDEPROPRIETES ELECTRIQUES DES FLAMMES
PROPULSIONPSEUDO-PREMIER ORDREPULVERISATION
PYROLYSEPYROLYSE OXYDANTEPYROMETRE A DISPARITION DE FILAMENT
PYROPHOREPYROTECHNIE



Recherche de définition
Recherche par mot clé :
Recherche sur le contenu